Quels sont vos rituels de coucher? (Cette question éternelle, on l’entend (et on la pose!) depuis la naissance de son premier enfant!...pendant des années!!!)

 

Moi je suis très (mais alors trèèèèès!!!) peu rituel. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai du mal à devenir addict à quelque chose. Vraiment. A fond. Café noir le matin, tisane le soir, une histoire avant de fermer les yeux... C’est pas moi. Ma nature serait trop... volatile?...

Bref, j’en ai rêvé de lire et relire les histoires de mon enfance à mes enfants, de découvrir avec eux la littérature française sous un autre angle avec... C’est pas gagné. Pour l’instant. Liva lit toute seule ses histoires (l’autre soir pour changer elle a fait une leçon de letton à son frère - trop drôle et trooooop attendrissant, j’en ai eu les larmes aux yeux, tellement j’avais attendu ce moment, qu’elle s’intéresse à cette partie de son histoire....), Nils, lui, c’est simple: depuis toujours il s’endort sur un livre, aujourd’hui c’est plutôt un tas de livres car il n’arrive jamais à choisir le bon (un peu comme sa maman, quoi... :)).... parmi ses préférés il n’y en a pas beaucoup - pour l’instant! - avec des images (du moins, colorés!)... un petit livre sentimental en noir et blanc, un manuel d’anglais très très apprécié (je suis sûre qu’un jour il me parlera anglais sans que personne lui aie jamais appris un mot!), celui-là, je l’ai caché, changé de pièce... il l’a toujours retrouvé.... un banal livre d’exercices...

Donc, je disais - bref

IMG_0107

!!!! - mes enfants, ils adorent tout particulièrement de s’endormir avec un massage. Pour Liva c’est depuis toujours (aujourd’hui c’est juste Mozzart qui est réclamlé avec!!! merci école!), pour Nils c’est un peu plus récent puisqu’il est extremement chatouilleux. D’ailleurs qui n’aimerait pas ça???? Non, franchement! Est-ce qu’il y a en beaucoup parmis vous qui n’aimerait pas ce genre de passage d’un mode d’éveil à un autre??? 

Ce soir j’étais en train de faire un petit massage de pieds à Nils et il me disait: «...et après le ventre... et le dos....» - compilation idéale!.... il le disait en murmurant, en s’endormant.... et Liva qui attendait son tour dans son lit: «maman, tu me fais comme d’habitude s’il te plaît...» (c’est-à-dire que depuis des années elle m’a appris SA façon de faire, les meilleurs gestes... si je ne les fais pas... ce n’est jamais vraiment bon... alors, je fais :))... Liva a toujours mais alors vraiment depuis toujours eu du mal a trouver le sommeil. (Sans vouloir paraître banale j’ai juste envie de dire- comme moi, quoi...) La seule chose qui l’apaise vraiment, c’est un massage. Mais d’habitude... je suis trop fatiguée ou alors j’ai autre chose à faire ou bien je me dis que non, enfin, elle devrait ENFIN de pouvoir s’endormir toute seule!!! Mais quand je le fais... c’est vraiment ce plaisir de donner qui ressort, donner à son enfant, le voir en toute confiance plonger dans le monde des rêves... Incroyable!!! Et là, je me dis que j’ai raison de le vouloir, de vouloir les accompagner dans leur sommeil, que non, ça ne va pas durer jusqu’à leur 18 ans comme certains prétendent, que c’est un privilège d’être auprès d’eux à ce moment-là, certes peut-être fatigant (personne saurait dire le nombre de fois où je me suis endormie à leurs côtés... avant eux... révéillées au milieu de la nuit courbaturée....) mais tellement gratifiant.... et c’est aussi un moment où on a le temps de penser à son rôle de parent, de remettre certaines choses leur place, un moment qu’on ne s’accorde que trop rarement...

IMGP1225

Comme pour tant de parents le jour de naissance de mon premier enfant a été le début d’une nouvelle vie. Pas plus facile, certes. Mais ce n’est pas dans la facilité qu’on peut trouver le bonheur... Aujourd’hui, 7 ans et poussières plus tard, j’en ai deux. Deux miltiplicateurs de bonheur. Et de larmes et de reflexions du genre «quelle mauvaise mère je suis» et des éternels questionnements sur toutes les subtilités humaines.... «comment faire pour qu’il m’obéit enfin????», «pourquoi il adore la soupe un jour et la déteste le lendemain???», «mais pourquoi ils sont si différents, alors que je fais tout pareil?» .... 

 

Neuf fois sur dix je connais la réponse. Au fil des ans, au fil de leur découverte j’ai appris tellement de choses. Sur eux, sur moi, sur la vie.... Il n’y a pas meilleur «professeur» de la vie que son propre enfant. J’en suis persuadée. Alors pourquoi tant de parents n’en apprennent rien? Parce qu’ils n’en ont pas envie? Ou parce que pour eux l’enfant est «bête», une page blanche, que c’est à eux de tout lui apprendre?... 

Bien-sûr, ce n’est que ma vision des choses. Mais tant que je la considère étant la plus juste, pour moi elle reste la meilleure. Et bien-sûr, je suis consciente de cette énorme responsabilité qu’implique l’enfant. La responsabilité que chaque parent voit de manière différente et c’est justement ça qui va déterminer en grande partie le développement psychologique de l’enfant. Je suis responsable de la sécurité de mes enfants: leur procurer l’environnement et les conditions de vie sécurisants. Du très basique casque en vélo jusqu’à calins du soir, faire toujours ce qu’on dit, tenir sa parole - certainement une des choses les plus difficiles mais le plus simple serait peut-être ne pas leur demander des choses qu’on n’arrive pas à faire soi-même?.... et ne pas promettre des choses qu’on n’est pas certain de faire.... Ou alors bien exliquer que certaines choses sont permises aux adultes et certainement pas aux enfants, ou alors quand on fait tout le contraire de ce qu’on vient de dire - expliquer à l’enfant pourquoi... 

Que de théories!... dans la vraie vie la situation est bien souvent différente. Et pourtant ces principes concernant, certes, d’abord nos enfants, concernent tout autant tout le monde, déjà notre famille (chéri, parents etc), nos amis, nos collègues.... Mais c’est avec nos enfants qu’on les apprends le mieux... si on le veut :-) 

Et vient ensuite la responsabilité de procurer à l’enfant une vie d’enfant qui soit la plus juste et la plus adaptée à ses et nos besoins. Sans me et leur prendre la tête avec le «bien-faire». 

 

Comment peut-on exiger de l’enfant dire «merci» et «s’il te plaît» si on ne le dit pas ou très rarement? 

Je me rappelle de ces deux copines venues boire un verre un après-midi au restaurant avec leurs enfants. Ni bonjour, ni s’il vous plaît. A chaque fois que je ramenait leur verres, il n’y avait pas assez de glaçons, les pailles n’étaient pas de la bonne couleur... Un des gamins (6 ou 7 ans) començait à lancer des cailloux sur la terasse. Sa mère ne lui disait rien, elle m’a juste demandé au bout d’un moment si je pouvais pas calmer son fils car elle n’y arrivait jamais. Tu parles! Le pauvre n’avait aucun repère dans la vie....

 

Comment peut-on lui interdire d’utiliser des gros mots si on en utilise régulièrement? Et comment lui imposer de terminer son assiette, si on ne le fait pas? Ou pire, si on ne mange même pas avec lui en même temps?.... 

 

Je veux, par exemple, que Nils m’écoute en me regardant droit dans les yeux quand je lui dis quelque chose d’important car au moins je suis sûre qu’il aura entendu. Et moi qui l’écoute après les yeux rivés sur l’écran ou dans un livre en marmonnant «oui, oui, d’accord...». Certes, il me raconte quelque chose qui n’a pas la moindre importance à mes yeux mais pour lui même si c’est une histoire de ninja... ça a de la plus grande importance... et je ne l’écoute même pas.... 

 

aw5

 

Cette dernière année a été pour moi l’une des plus intenses, les plus difficiles, remplie de doutes, de remises en questions... Il me reste encore beaucoup de choses à comprendre, de trouver la bonne place et beaucoup de tri à faire. Une fois de plus (et pas qu’une fois!!!!) je me suis dite que tout ce qui nous arrive, c’est merité et c’est pour le mieux. On n’obtient jamais rien de vraiment bien sans donner une contrepartie. Encore faut savoir comprendre pourquoi et comment. Par exemple, l’avril dernier quand je me suis cassé le pied... je n’ai toujours pas compris pourquoi cela m’était arrivé. Par contre l’histoire de mon pied septembre dernier - c’était plus qu’une évidence... 

Je voudrais en profiter pour remercier mes amis qui ont été là pour moi, soit par leur présence, soit avec une analyse de la situation incroyablement utile le moment donné.

Et merci surtout à mes enfants qui ont prouvé bien plus que leurs parents que la vie est à prendre telle qu’elle est. Avec la plus grande simplicité, sans forcement chercher à tout comprendre.

Ils vivent l’instant présent. En exprimant leurs émotions du moment. Et une fois exprimées, ça va mieux. C’est pas toujours facile à comprendre étant adulte. On réprime, cache, essaie de passer à autre chose... mais en attendant l’émotion au fond de nous vit sa vie et ressort inévitablement à un moment, certainement pas le plus approprié....

 

IMGP0550

Par exemple, Nils...il a du mal parfois à exprimer ses émotions (un petit mec, quoi! ;-)), il boude, comme un vrai boudeur professionnel. Et moi, je cherche, je cherche et je cherche encore et toujours comment faire pour qu’il vive mieux ces moments (et tout son entourage avec!). Car je sais très bien qu’il ne le fait pas exprès, c’est juste qu’il ne sait pas comment gérer ce trait de caractère si particulier... Je me dis souvent que le mieux serait de le laisser faire, qu’il boude dans son coin. Mais je vois bien qu’il se sent mal, alors est-ce que c’est ainsi que je pourrais l’aider à s’en débarasser?... Détourner son attention?... Ca marche (et encore!) pour le moment donné mais ça ne règle pas le fond.

La vraie solution pour moi serait de faire le maximum pour qu’il exprime ses émotions, qu’ils essaie de mettre des mots dessus, lui dire qu’il a droit de ne pas être d’accord, droit d’être en colère mais il faut le dire... pas facile. Sacré challenge ce petit gars ;-)

 

IMGP1854

Par contre il peut être un vrai comique!!!! Tous les jours on pleure en riant en le regardant et écoutant. Fort de son pouvoir de séduction, bien conscient de posseder cette capacité de faire rire son entourage, il est irrésistible. Peut-être c’est le contre-poids de son côté boudeur?.... Peut-être bien qu’il doit apprendre à vivre avec ces deux facettes de sa personalité?... Un artiste en quelque sorte. Un esprit si indépendant et sûr de lui. Personne mieux que lui  ne sait quelle couleur doit avoir son pantalon et quel pull irait le mieux avec. Il n’y a que lui qui sait avec exactitude ce qu’il doit apprendre et à quel moment. («Maman, tu pourrais aujourd’hui m’apprendre à écrire les «s» correctement...».... et pas question de vouloir lui apprendre à écrire les «r»...)

Un candidat idéal pour aller dans une école altérnative.... faire ce qu'il veut quand il veut.... Rien à voir avec Liva qui veut bien et avec joie apprendre et faire tout ce qu’on lui dit.

 

Liva! Elle est d’une sagesse incroyable. Elle me suprend tous les jours par sa patience, son esprit si vif, son imagination, mais surtout par ses qualités humaines. J’en ai surtout été frappée depuis la naissance de Nils. Le nombre de fois où je me suis dite «mais qu’est-ce que je ferais si elle était pas là??!!!!» Elle arrive toujours à trouver les mots justes avec lui, la bonne façon d’agir. (Je regrette de ne jamais avoir été une aussi bonne grande soeur...) 

Et je ne le dis pas parce que c’est ma fille; au contraire, j’ai une chance énorme de l’avoir Elle comme ma fille, qu’elle soit venue dans ma vie, dans nos vies à tous. Oui, tous les enfants apportent de la joie et du bonheur à leur famille mais Liva est quelqu’un à qui j’aimerais bien ressembler... Et dire que c’est sur moi qu’elle doit prendre l’exemple!!! ...

 

Photo 124

(Entre paranthèses.... une des raisons pourquoi je me suis faite si rare ici ce que les photos et moi.... ça a pas été ça dernièrement... Mais j'essaierai de m'améliorer ;))

Voilà, comme vous voyez, je suis admirative devant mes enfants. Fière d’eux. 

 

Come je l’ai dit plus haut ça m’arrive souvent - comme à 99,9% des mères de me lamenter sur le fait que je suis une mauvaise mère, que je n’y arrive pas, pas assez bien etc. Souvent, pour me déculpabiliser et surtout pour reprendre mes esprits, je me dis que de toute façon c’est ainsi, je suis leur maman, Mathieu est leur papa, on fait de notre mieux et cela ne veut pas dire qu’on n’a pas droits d’être imparfaits, au contraire. Les enfants ont choisi de venir chez nous, dans notre vie et oui, certes, c’est notre devoir de les guider dans la leur et leur fournir tous les outils nécessaires pour y arriver le mieux possible mais ils ont aussi le droit de savoir qu’on ne peut pas forcement tout, qu’on a droit d’être faible et pleurer et que ce n’est pas la fin du monde, au contraire, ça en fait partie.

 

 

Joyeuses fêtes à vous tous, remplies de bonnes émotions, de rires, d’amour....!

 

On se revoit très bientôt! Promis!

 

IMG_20131223_104047